Vincent Dupas – Longue Distance

Il fut un temps où Vincent Dupas officiait dans différentes formations. On avait eu droit à des formations folk comme le fameux My Name Is Nobody ou d’autres plus rock avec Bindu mais cette année, il a décidé de se lancer en solo sous son vrai nom avec son tout premier opus intitulé Longue Distance.

Venu de Nantes, Vincent Dupas se lance enfin dans le grand bain avec neuf compositions indie folk plus adultes qu’auparavant. C’est avec des titres tantôt chantés en français (« Les Jours Meilleurs », « L’Hiver ») ou en anglais (« At The Corner Of The Ocean », « The Balcony ») qu’il tente de tirer son épingle du jeu et le fait avec une facilité déconcertante.

Impossible de ne pas déceler les sonorités dignes de Dominique A sur « Boxer Le Vent » ou de June of 44 sur le solennel « Mon Pays » chanté aux côtés de Nona Marie Invie de Dark Dark Dark mais toujours est-il que Vincent Dupas accompagné de son compère Pierre Marolleau et du bassiste Hugo Allard (Von Pariahs) nous étonne comme il se doit. Que ce soit sur les ambitieux « Distance » ou sur la conclusion « Amusement Park », l’ex-My Name Is Nobody affiche son visage plus sérieux et aventureux rassurant qu’il aura de beaux jours devant lui.

Note: 7.5/10