Celestial Shore – Sunnyland

Cela faisait un petit bout de temps que l’on était sans nouvelles de Celestial Shore. Ce qui était normal car le leader Sam Owens s’était réinventé en solo à travers deux sublimes disques sous le pseudonyme Sam Evian (chroniqués ici et ici). Le natif de Brooklyn avait l’air de se complaire dans sa carrière solo et l’avenir de Celestial Shore semble incertain… jusqu’au mois de décembre où ils nous font la surprise en annonçant leur retour avec un nouvel album nommé Sunnyland.

Et fort heureusement, on retrouve ce qui avait fait la réputation du groupe new-yorkais. C’est à dire des compositions indie rock à tendance math et noisy fusant à 100 à l’heure avec des morceaux tels que « Not Dummy » en guise d’introduction mais également « The Wait » et « Yeah Yeah ». Celestial Shores n’a rien perdu de leur verve d’antan et des pièces implacables à l’image de « Rabbits In The Street » et « Romancer » sont là pour le prouver.

Sunnyland est du Celestial Shore pur jus et on ne pourra pas s’en plaire. Sam Owens et ses sbires comptent nous fasciner avec leur univers aussi bien psychédélique que nerveux que ce soit sur « Slime », « Lightning Bug » ou bien encore sur « Saturday 4ever ». Il ne manquera plus qu’une conclusion des plus ambitieuses nommée « Baroque » qui s’étire sur plus de 8 minutes pour que le groupe new-yorkais rappelle tous les ingrédients qui ont fait leur force. Ce nouvel album est une sorte de réintroduction du trio dans la masse et c’est plutôt réussi.

Note: 8/10