Sam Evian – Time To Melt

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu de nouvelles de la part de Sam Evian qui est un des compositeurs les plus prometteurs de sa génération. En effet, l’ex-membre de Celestial Shore est sorti des sentiers battus avec ses deux disques fédérateurs que sont Premium en 2016 (chroniqué ici) et You, Forever en 2018 (chroniqué ici) avant de disparaître quelque peu de la circulation. Avant de revenir en puissance avec son successeur tant attendu du nom de Time To Melt.

Si ses deux disques étaient remarquables pour ses influences entre yacht-rock, Americana et saveurs 60’s, Sam Evian décide d’opter pour un virage musical pour le moins drastique. En effet, Time To Melt ira canaliser tout le malaise général que le monde a vécu l’année dernière avec tous les événements traumatisants qui en ont découlé. Cela se ressent sur des sonorités beaucoup plus expérimentales et plus groovy qui sont exprimées sur « Freezee Pops » traitant des bavures policières récentes mais également « Knock Knock » racontant les différences de classes sociales américaines et « Arnold’s Place » volontairement soulful.

Time To Melt plonge dans des sonorités pop psychédélique soulful, où Elliott Smith rencontre Metronomy notamment sur « Lonely Days » ou encore Nile Rodgers qui rencontre Kevin Shields sur les arrangements plus poussés de « Dream Free » en compagnie d’Hannah Cohen ou encore sur les cuivrés et abracabrantesques « Easy To Love ». Beaucoup de moments sympathiques sont à relever sur la renaissance de Sam Evian avec le brillant « Lonely Days » rappelant Junior Boys dans l’âme ou ira frôler le jazz sur « Around It Goes » en guise de conclusion afin de montrer une Amérique qui a sombré l’année sur ce troisième disque audacieux et élégant.

Note: 8.5/10