Seatbelts – A World Inbetween

Suite à la parution de leur album en 2016 (chroniqué ici), Hooton Tennis Club a gentiment disparu de la circulation. Et pour cause, le quatuor de Liverpool avait annoncé une pause indéterminée dans le domaine, ce qui est dommage vu qu’ils étaient prometteurs. Cela n’empêche pas Ryan Murphy et James Madden de se réinventer avec leur nouveau groupe nommé Seatbelts. Faisant également appel à Abbi Woods et Alex Queen, ils présentent donc leur projet musical ainsi qu’un premier album à la clé du nom d’A World Inbetween.

Ici, Seatbelts s’aventure un peu plus vers des territoires beaucoup plus arty qu’à l’accoutumée avec l’introduction poétique qu’est « Citylines » rappelant furieusement (British) Sea Power. On en veut également pour preuve des compositions mélodiques et romancées que sont « Constant Crush » et « Inspiration For Robots » montrant toute la versatilité du quatuor de Liverpool de passant de la jangle-pop à la pop psychédélique sans aucun souci.

Evoquant les spectres de The Go-Betweens sur « Spanish Love Songs » (avec son passage en espagnol peu déplaisant) mais encore de Pulp sur le frénétique « Another Passing Day », Seatbelts fait preuve d’inventivité de bout en bout. Le quatuor de Liverpool vire vers les allures psychédéliques sur « Black Spring » et « Hey, Hey Tiger ! » qui fera de ce A World Inbetween un disque dense et hétéroclite déterminé à nous emmener très loin.

Note: 8/10