Deerhoof – Mountain Moves

Alors que l’on venait de fêter le retour de Deerhoof avec leur quatorzième album The Magic l’année dernière (pour rappel, chroniqué ici), voilà que le quatuor de San Francisco le plus déglingo du moment a décidé d’en remettre une couche pour cette année. Le groupe de la pétillante Satomi Matsuzaki n’est pas prêt de chômer et annonce un nouvel opus intitulé Mountain Moves. Alors, verdict ?

Honnêtement, j’ai trouvé The Magic un petit trop tordu et trop poussé à l’extrême aux allures de mixtape et j’avais un pressentiment que ce Mountain Moves allait être similaire. Et à ma propre surprise, Deerhoof m’a prouvé le contraire avec cet opus plus constant avec une belle flopée d’invités. Ainsi, on croise aux côtés de Satomi Matsuzaki la chanteuse et actrice argentine Juana Molina sur l’introduction élégante de « Slow Motion Detonation », Jenn Wasner (Wye Oak, Flock of Dimes) sur « I Will Spite Survive » ou encore la légende Laetitia Sadier sur le funk-rock « Come Down Here & Say ».

Saluons également la présence de la rappeuse new-yorkaise allumée Awkwafina sur « Your Dystopic Creation Doesn’t Fear You » doucement psychédélique avec son riff à la Mac Demarco et de la saxophoniste Matana Roberts sur « Mountain Moves » plutôt free-jazz dans l’ensemble. Satomi Matsuzaki et sa bande restent égaux à eux-mêmes mais plus assagi qu’avant, ce qui est une bonne chose. Tandis qu’ils reprennent des standards connus à leur sauce (« Gracias a la Vida » de Violeta Parra, « Freedom Highway » de The Staple Singers en version jazz-rock mais également « Small Axe » de Bob Marley sous un format piano/voix en guise de conclusion), Deerhoof continue sur la bonne voie avec de bonnes trouvailles comme « Begin Countdown », « Ay That’s Me » avec Greg Saunier qui prend des intonations vocales à la Toro y Moi ou même « Kokoye » montrant un Mountain Moves bien maîtrisé comme il se doit.

Après un The Magic un peu foutraque, Deerhoof se remet sur la bonne voie avec un Mountain Moves plus entraînant et plus ciselé qu’auparavant. Le quatuor de San Francisco continue à multiplier ses palettes musicales mais le fait avec plus de prudence et de classe pour un exercice stylistique de haute volée.

Note: 8/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s