Blood Cultures – Happy Birthday

Fin 2013-début 2014, je faisais mon stage en alternance dans une grosse boîte dont je tairai le nom. Arrivé là-bas, j’étais tombé sur une pépite musicale qui m’a rendu accro dès les premières secondes: il s’agissait du titre « Indian Summer » de Blood Cultures. Pendant tout l’hiver, je me repassais donc ce morceau et pourtant, j’attendais que cet individu balance de nouveaux titres pendant longtemps. Jusqu’à ce que je passe à autre chose malheureusement. Printemps 2017, je découvre qu’il a enfin sorti un premier album nommé Happy Birthday. Et une fois de plus, la nostalgie est revenue me faire un appel du pied.

Donc qui est ce Blood Cultures ? Je ne sais pas grand chose sur lui depuis toutes ces années. Mais ce que je sais, c’est que c’est un musicien cagoulé qui nous vient de New Jersey. L’important n’est pas de savoir qui il est mais pourquoi ce musicien est sous-estimé et qu’il mérite plus d’attention. Tout simplement à cause des titres aussi bien envoûtants qu’efficaces à l’image de « Scenes From A Midnight Movie », « Inside » ou encore « Mercury Child ». Bien sûr, on retrouve son plus grand tube « Indian Summer » qu’on se repassera en boucle pour de nombreuses raisons mais on restera scotché devant tant de professionnalisme avec des morceaux catchy comme « Phospholipid » où Blood Cultures s’amusera à moduler sa voix ou encore le rétrofuturiste « Moon » qui me laissera bouche bée.

Les fans de Lykke Li ou de M83 apprécieront ce cocktail musical que nous a concocté notre héros cagoulé où l’on flirte avec les aspects chillwave et indie pop avec ses synthés colorés, son ambiance complètement nostalgique ainsi que son chant feutré mais totalement rêveur. Pas mal de petites réussites acidulées sont également à souligner, à l’image de « Mercury Child », « All These Days/Smoke Signals » intelligemment scindé en deux parties ou encore « Coastal » avec ses claviers qui ont de quoi faire penser au « Summer Madness » des légendaires Kool & The Gang. En bref, quatre années qu’il était attendu au tournant et le natif du New Jersey ne nous déçoit pas du tout avec son Happy Birthday qui fait éclater sa vision artistique implacable et riche en émotions. Pendant que les autres attendent encore à ce que des autres actes similaires comme Jai Paul balancent enfin leur album, personnellement, j’ai lâché l’affaire et trouvé mon compte sur ce premier disque où la joie, le pathos et l’émerveillement se mélangent pour en faire une fusion harmonique.

Note: 8.5/10

Retrouvez Blood Cultures sur Facebook / Twitter / Bandcamp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s