Bertrand Betsch – J’ai horreur de l’amour

Pour ce printemps, on pourra également compter sur le grand retour de Bertrand Betsch. L’auteur-compositeur-interprète français a frappé un grand coup l’année dernière avec deux albums en un l’an dernier (chroniqués ici) et il continue de prouver qu’il n’a jamais perdu son inspiration avec son successeur intitulé J’ai horreur de l’amour.

Une fois n’est pas coutume, Bertrand Betsch ne déçoit que rarement . Sur J’ai horreur de l’amour, notre dandy continue de nous toucher avec ses textes toujours aussi percutants qui sont amorties par cette pop atmosphérique exprimée notamment sur le morceau d’ouverture nommé « Tant tard » plantant le décor un brin désabusé avant de nous enivrer avec « Tout doit disparaître » et « L’aorte » aux relents quelque peu dramatiques.

Bertrand Betsch poursuit sa voie avec sa plume émouvante tout comme avec ses mélodies entêtantes. Que ce soit avec « Détruire dit-elle » ou avec « La der des ders », J’ai horreur de l’amour est un autre testament musical pour un des auteurs les plus charismatiques de ces derniers temps avant d’atteindre de nouvelles sphères avec « Ultraviolet » et « Deadline » en guise de conclusion glorieuse. Quoi de mieux que de tomber amoureux par cette grace romanesque et séduisante de notre hôte qui ne faillit jamais ?

Note: 7.5/10