Automatic – Excess

On se souviendra longtemps de l’entrée fracassante d’Automatic avec leur premier album nommé Signal (chroniqué ici). Et pour cause, le trio féminin composé d’Izzy Glaudini (chant, synthés), de Lola Dompé (batterie, chœurs) et de Halle Saxon (basse, chœurs) s’est démarqué de l’ordinaire avec leur son si spécial et spatial qui continue d’impressionner sur leur successeur nommé Excess.

Nous voilà transporté dans des sphères 70’s-80’s avec ces synthés sci-fi et cette base post-punk bien groovy qui continuent de faire mouche à travers ces dix nouveaux titres. On en veut pour preuve les grooves efficaces de « New Beginning » en guise d’ouverture ou bien encore des ambiances bien cold mais féroces de « On The Edge » ainsi que de « Realms » où le trio californien revient plus confiant que jamais.

Les ascensions 80’s sont parfaitement mises en avant tandis que les allures dignes de Patrick Bateman se ressentent sur Excess. Automatic nous attire comme un aimant avec l’irrésistible « Venus Hour » ou bien encore avec « Automaton » et « Teen Beat » qui nous feront taper du pied comme jamais. Rétrofuturiste, percutant et irrésistible avec « NRG » et « Turn Away », Excess marque une nouvelle étape discographique pour le trio de Los Angeles prouvant que la nostalgie des années 1980 est toujours une bonne chose et n’est pas toujours kitsch.

Note: 8.5/10