Ëda Diaz – Suave Bruta

En l’espace de deux EPs, Ëda Diaz a réussi à apporter un nouveau souffle sur le paysage musical actuel. La chanteuse franco-colombienne a remporté tous les suffrages avec son dernier EP en date de 2022 qui se nommait Tutandé (chroniqué ici) et c’était amplement mérité. En ce début d’année, elle est attendue au tournant avec son premier long-format intitulé Suave Bruta.

La chanteuse et contrebassiste franco-colombienne redouble d’ambitions dès le départ avec « Nenita ». Ëda Diaz sait nous ensorceler tout en nous entraînant dans son intimité de la manière la plus fascinante avec des moments aussi bien organiques qu’expérimentaux tels que « Lo Dudo » et « Por Si Las Moscas » qui suivent, à mi-chemin entre influences sud-américaines et d’autres plus électroniques occidentales pour un résultat pour le moins bluffant.

Maîtrisant les boucles tout comme sa poésie ensorcelante à travers des perles à l’image de « Tiemblas » ou bien encore de « Dulce de Mar » et « Brisa », Ëda Diaz est à la croisée des chemins. Suave Bruta est l’occasion d’affirmer pour notre autrice son identité d’une façon bien originale et cela se ressent parfaitement sur des moments virevoltants à l’image de « Al Pelo » et de « Déjà-Vu » qui clôturent cette cérémonie de toute beauté. Imaginez un croisement entre Björk, James Blake et Joe Arroyo et vous obtiendrez l’accomplissement artistique d’Ëda Diaz qui est parfaitement exprimé sur ce premier album tant attendu.

Note: 7.5/10