Corridor – Mimi

On se souviendra longtemps de l’incroyable claque que l’on s’est prise en compagnie de Corridor en 2019. Le groupe montréalais était au sommet avec leur album nommé Junior (chroniqué ici) qui fut un excellent cru de post-punk. De l’eau a coulé sous les ponts et après que certains membres se soient émancipés chacun de leur côté (dont Jonathan Personne à deux reprises), ils reviennent encore plus fort avec leur successeur tant attendu du nom de Mimi.

Le quatuor montréalais revient plus soudé que jamais et nous transporte vers de nouvelles contrées dès le départ avec le décapant « Phase IV » gentiment 80’s dans l’âme. On retrouve ainsi tout ce qui a fait la réussite de Corridor jusqu’ici: guitares aiguisées et entêtantes, section rythmique incisive et légères sonorités synthétiques aériennes pour relever le tout. Il ne fait aucun doute, le groupe revient encore plus fort que jamais avec d’autres ritournelles aussi bien éthérées qu’implacables telles que « Mon Argent » avec cette très belle transition entre calme et tempête et « Jump Cut » qui suivent.

Mimi abordera des thématiques plus adultes, à savoir la mort, la paternité, l’héritage ou encore les finances qui se font de plus en plus rares. C’est à travers des textes poétiques notamment sur le riff surf de « Caméra » et l’incroyable progression de « Mourir demain » que Corridor brille une fois de plus solidifiant un peu plus leur alchimie indéniable avant. Mais une fois de plus, l’harmonie règne de plus belle du début à la fin avec un « Pellicule » qui s’achève de façon somptueuse avant de s’élever gracieusement.

Ces longues années d’absence valent absolument le détour avec ce Mimi absolument impeccable. Corridor revient plus soudé, plus audacieux mais aussi plus harmonieux ajoutant plus d’un arc à son corde post-punk pour un maximum de sensations.

Note: 9/10