Jack Garratt – Phase

Jack-Garratt-Pulse

La révélation 2015 en Angleterre, c’est Jack Garratt. Le chanteur multi-instrumentiste de 24 ans à la barbe rousse a su mettre Zane Lowe, Rick Rubin, le BBC Sound Of… ou encore le Brit Critics Choice Awards à ses pieds l’année dernière et c’était bien mérité pour lui. Son EP Synesthesiac l’an dernier lui a valu une sacrée reconnaissance et il y avait de quoi être séduit par sa voix de velours et son univers vacillant entre électro-soul, R&B et indie pop. Cette année, il tente à nouveau le jackpot avec l’arrivée d’un premier album autoproduit nommé Phase tant attendu.

Le premier titre de Phase s’intitule « Coalesce (Synesthesiac Pt. II) » ouvre le bal et continue là où s’est arrêté son premier EP. Introduit par des beats électro discrets et des nappes de synthé épurés, la voix tendre et puissante de Jack Garratt occupe allègrement l’espace et une tension s’installe petit à petit avant une explosion sonique jouissive sur le refrain. Un bon compromis entre électronique et soul est assuré et c’est bien évidemment le programme de ce premier album avec l’excellent single électro-pop « Breathe Life » et son refrain mémorable, les élégants « Far Cry » et « Chemical » qui sont soutenus par des rythmiques UK Garage sur les refrains plus agités ou encore le futur hymne live « Wandered » intense.

Le principal atout, c’est bien évidemment la voix de velours de monsieur Jack Garratt en personne. Véritable maître des lieux, il impose lui-même ses règles du jeu. Avec le piano comme instrument de prédilection, il attire parfaitement l’attention notamment sur le nostalgique « The Love You’re Given » même si il cède cependant à la facilité, sans oublier le dernier titre « My House Is Your Home » qui manque un peu de naturel dans l’interprétation du bonhomme qui aurait été bien meilleure sans ses effets de voix forcés. Et maintenant que l’on connaît son univers, l’effet de surprise se dissipe peu à peu avec des titres peu prévisibles comme « Surprise Yourself » et « Fire » aux synthés agressifs aussi réussies soient-elles. Mais bien évidemment, tout ceci est compensé par le talent incommensurable du britannique.

Jack Garratt continue donc son ascension avec Phase qui est une oeuvre réfléchie et (trop) maîtrisée. A 24 ans, il expose son univers et son savoir-faire avec sa voix d’or, il parvient à briller de mille feux avec sa musique aussi bien intense qu’envoûtante, même si cela manque de profondeur sur quelques morceaux.

Note: 8/10

Retrouvez Jack Garratt sur Facebook / Twitter / Soundcloud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s