Poni Hoax – Tropical Suite

0191018575847_600

Allez savoir ce que Poni Hoax a fabriqué entre leur dernier album A State Of War en 2013 et cette année. Et bien, pas mal de choses au final, surtout pour Nicolas Ker, leader du groupe, qui a sorti un album solo poétique et mélancolique du nom de Les Faubourgs de l’Exil (chroniqué ici) et a même réalisé leur dernier album d’Arielle Dombasle, tout ça l’an dernier. Mais il ne néglige pas son groupe pour autant car parallèlement, ils travaillaient sur leur quatrième opus Tropical Suite enfin dans les bacs.

Enregistré entre Sao Paulo, l’Afrique du Sud et le Bangkok, Poni Hoax continue dans sa lancée avec son électro-rock festif et passionnant. Divisé en trois parties, Tropical Suite se veut être un « western subtropical » avec une première partie qui plante le décor avec les envolées orientales des planants « All The Girls » et « The Music Never Dies » comportant un solo de saxophone endiablé qui nous mettent sur un petit nuage. Le spectre des Faubourgs de l’Exil n’est pas bien lointain mais très vite, on navigue dans les terrains connus avec le plus fiévreux « The Wild » avec son riff funky et le chant dédoublé de Nicolas Ker qui vaut le détour.

Passé la première interlude instrumentale « Tropical Suite: Sao Paulo », les Parisiens continuent leur road-trip international avec un « Everything Is Real » démentiel qui contraste avec la mélancolie froide de « The Gun » qui est un autre sommet émouvant du disque avec ses notes de piano apportant quelque peu de couleur. Et comme « The Wild », « I Never Knew You Were You » viendra nous réveiller quand on s’y habitue pas avec son électro-funk-rock sorti des années 1980 comportant des cuivres jubilatoires ou un chant en mandarin vient s’infiltrer sur l’entêtant « Lights Out » sans que ça ne soit kitsch. La fin de l’opus surfe sur la vague plus aérienne du début de Tropical Suite avec l’épopée synthétique poignante de « Through The Halls of Shimmering Lights » et le morceau-titre instrumental qui clôt le nouveau chapitre des parisiens sur les chapeaux de roue.

Tropical Suite permet de montrer Poni Hoax plus assagi et plus maître de leurs sentiments qu’auparavant. Ceci est dû à Nicolas Ker qui est parti s’aventurer dans de nouveaux territoires lorsqu’il est lancé en solo mais n’oublie tout de même pas les bases du groupe qui ont fait leur succès depuis toujours. Ceci dit, ce quatrième opus constituera un tournant dans la discographie des Parisiens.

Note: 8.5/10

Un commentaire sur “Poni Hoax – Tropical Suite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s