Camp Cope – Running With The Hurricane

Enfin, on a des nouvelles de Camp Cope. C’est dire qu’elles nous quand même un peu manqué, n’empêche. Ça faisait quand même quatre années que l’on était sans nouvelles discographiques de la part du trio de Melbourne et ce depuis leur fédérateur How To Socialise and Make Friends (chroniqué ici). Suite à cela, Georgia Maq, chanteuse et guitariste du groupe, s’est essayée en solo avec un premier disque qui aurait mérité un meilleur accueil (chroniqué ici) mais il n’empêche qu’elles sont enfin de retour avec leur troisième album tant attendu du nom de Running With The Hurricane.

De l’eau a coulé sous les ponts depuis et on retrouve un Camp Cope un brin plus assagi musicalement. Cela s’entend parfaitement sur des titres plus mélodiques que jamais comme l’introduction nommée « Caroline » où l’interprétation de Georgia Maq privilégie l’émotion à la puissance d’antan tout comme « One Wink At A Time » et « Blue » moins indie punk qu’auparavant donc.

En prêtant attention aux textes, on y ressent une introspection avec Georgia Maq qui se dévoile à nous à travers son chagrin qui s’exprime suite à son quotidien bouleversé par la pandémie et le décès de son père. On retrouve le packaging émotionnel et la storyline plus axée sur les sentiments de son album solo avec des morceaux touchants et contemplatifs à l’image de « The Screaming Planet » ou bien également de « Love Like You Do » et de « The Mountain ». Il n’empêche que Camp Cope ne perde jamais ce côté acidulé que l’on aime tant sur « Say The Line »  et sur « Sing Your Heart Out » avec la maturité en prime. Avec Running With The Hurricane, le trio de Melbourne signe un disque beaucoup plus contemplatif que jamais empruntant un nouveau départ pour eux.

Note: 8/10